Comment réussir un « triple jeu » en santé-voyage

Le Dr Mark Doidge dirige depuis 1992 la Travel Vaccine Clinic de Toronto, qui est reconnue par Santé Canada comme un centre de vaccination contre la fièvre jaune. Sa nouvelle adresse est le 640, rue Queen est. Le Dr Doidge a mis sur pied le groupe Canadian Physicians for Aid and Relief, qui indique dans un rapport avoir porté assistance à 2,4 millions de personnes dans sept pays. Il a aussi contribué à fonder un des organismes ayant inspiré la création de Réseau Télémédecine Ontario. 

Tomber malade peut être déstabilisant, surtout en voyage. Nous avons donc demandé conseil à un expert en médecine de voyage, le docteur Mark Doidge. Il nous a parlé des vaccins pour les voyageurs, d’autres mesures de prévention et des façons d’économiser temps et argent dans les cliniques de santé-voyage. Voilà trois stratégies de voyages pour réaliser un « triple jeu » – la façon la plus rapide de revenir au bâton au baseball.

 

Premier but : l’importance de l’immunisation

Quelles personnes sont vulnérables aux infections en voyage?

Un voyageur qui visite un nouveau pays est susceptible d’être exposé à des maladies exotiques. Il pourrait ne pas être immunisé contre certaines maladies courantes qui y sont plus présentes. Ou s’il retourne dans un lieu où il a déjà vécu, il pourrait avoir perdu l’immunité qu’il avait développée antérieurement.

Le risque de tomber malade augmente :

  • là où les normes de sécurité, d’hygiène et de soins médicaux sont susceptibles d’être peu sévères;
  • hors des grandes villes, et partout dans les pays moins riches;
  • quand on est hébergé et qu’on mange chez l’habitant plutôt qu’à l’hôtel;
  • chez les voyageurs d’âge avancé;
  • chez les voyageurs souffrant déjà d’une maladie;
  • chez les voyageurs qui entrent en contact avec des personnes, des animaux ou des insectes infectés;
  • avec la durée du séjour à l’étranger.

Vous voulez en savoir plus? Informez-vous sur les maladies qui pourraient vous affecter pendant un voyage.

 

Pourquoi prendre la peine de se faire vacciner?

Les vaccins mettent votre système immunitaire en état d’alerte pour qu’il soit prêt à se défendre contre les infections, tout comme le camp d’entraînement du printemps prépare les vedettes du baseball à la prochaine saison. L’Agence de la santé publique du Canada considère qu’il est nécessaire de se prémunir contre certaines maladies et infections, au pays comme en voyage. Elle recommande notamment de recevoir le vaccin contre la rougeole, les oreillons et la rubéole, celui contre la diphtérie, la coqueluche et le tétanos, celui contre la varicelle et le vaccin annuel contre la grippe. Il est essentiel que les calendriers de vaccination recommandés pour les divers groupes d’âge soient respectés chez les enfants comme chez les adultes. D’autres vaccins sont recommandés pour les voyages, en particulier pour certaines régions du monde. On peut contracter l’hépatite A partout en consommant des aliments ou de l’eau contaminés. Partout aussi, on peut contracter l’hépatite B, transmise par les aiguilles, le sang ou les partenaires sexuels contaminés. Les cas de rage sont en outre plus courants dans certains milieux, surtout là où se trouvent des chiens errants, des chauves-souris et d’autres animaux sauvages.

Vous devez être immunisé? Apprenez-en plus sur les vaccins et les coûts qui s’y rattachent.

 

Dois-je m’inquiéter des effets secondaires d’un vaccin?

Les vaccins entrent parfois en interaction avec des médicaments qui sont pris régulièrement. Certains vaccins sont recommandés pour les adultes en santé mais pourraient ne pas convenir aux enfants, aux femmes enceintes, aux aînés ou aux adultes chez qui un problème de santé requiert une médication. Avant de se faire vacciner, il est donc toujours bon de consulter son médecin et un pharmacien. Bien qu’aucun vaccin ne soit entièrement sûr ni efficace, il y a rarement des effets indésirables graves selon l’Agence de la santé publique du Canada, qui ajoute : « Les dangers des maladies évitables par la vaccination sont beaucoup plus importants que les risques d’un effet indésirable grave à la suite du vaccin. »

 

Comment puis-je déterminer si je devrais recevoir un vaccin?

« La meilleure façon de décider si l’on doit prendre un médicament ou recevoir un vaccin est de s’efforcer de bien comprendre tous les avantages et risques qui en découlent, affirme le Dr Mark Doidge. Ce n’est qu’ensuite qu’on est à même de peser le pour et le contre et de prendre une décision. Il est mal avisé de considérer seulement les effets secondaires potentiels, ou seulement les avantages. L’équilibre est la clé. » Mais assurez-vous bien sûr de toujours consulter d’abord votre médecin.

 

Quand devrais-je me faire vacciner?

Voici ce qu’en dit l’Agence de la santé publique du Canada : « Il faudrait consulter un fournisseur de soins de santé ou une clinique santé-voyage le plus tôt possible, idéalement au moins quatre à six semaines avant le voyage, afin de laisser suffisamment de temps pour compléter la vaccination selon le calendrier optimal. […] la consultation avant le départ est recommandée même si le voyageur doit partir dans très peu de temps. » Certains vaccins sont administrés en deux ou trois doses et il peut être difficile d’obtenir rapidement un rendez-vous, alors prenez vos dispositions à l’avance. « Il faut être encore plus prévoyant dans le cas des longs voyages vers des destinations éloignées », précise le Dr Mark Doidge.

 

Comment puis-je me préparer pour l’immunisation?

Selon le Dr Mark Doidge, « vous aiderez les praticiens en santé-voyage et perdrez moins de temps dans leurs bureaux si vous prenez la peine de retracer vous-même la liste de vos vaccinations antérieures. Si vous avez moins de 35 ans et vous avez grandi au Canada, vous pouvez appeler votre agence locale de santé publique, qui est susceptible d’avoir votre carnet de vaccination scolaire. » Le Dr Doidge conseille de noter le nom exact de tous les vaccins ainsi que l’année et la date auxquelles vous avez reçu chacun d’eux. Si vous êtes originaire d’une des grandes villes du Canada, composez l’un des numéros ci-dessous pour accéder à votre dossier :

  • Toronto : 416 392-1250
  • Montréal : 514 528-2400
  • Calgary : 403 214-3641
  • Vancouver : 604 736-2033

Pour trouver le numéro à composer dans d’autres villes pour vous informer sur l’immunisation, choisissez votre province dans la liste des agences de santé publique puis cliquez sur le nom de votre région.

 

Deuxième but : une touche de prévention additionnelle

Que dois-je faire après avoir été vacciné?

Faites une copie de votre carnet de vaccination et apportez-la en voyage. À votre arrivée dans certains pays, on pourrait vous demander de présenter un Certificat international de vaccination ou de prophylaxie contre la fièvre jaune. L’Arabie saoudite exige souvent une preuve d’inoculation contre la polio et les maladies à méningocoques. « Il peut aussi être utile d’avoir en main son carnet de vaccination lorsqu’on consulte un médecin à l’étranger », indique le Dr Mark Doidge.

 

Que dois-je faire si je dois prendre des médicaments d’ordonnance en voyage?

« Gardez vos médicaments dans la bouteille étiquetée originale que vous a remis la pharmacie et n’apportez pas de comprimés non identifiés, afin de ne pas attirer inutilement les soupçons des autorités frontalières », conseille le Dr Mark Doidge. Au moins un État américain, le Connecticut (accessible en anglais seulement), exige que les médicaments d’ordonnance soient conservés dans leur contenant d’origine. Le simple fait de posséder ne serait-ce qu’une petite quantité de certains médicaments — sans une copie de votre ordonnance — pourrait être considéré comme une infraction à la loi sur les médicaments contrôlés (accessible en anglais seulement) et vous valoir une amende ou une peine de prison. Ailleurs dans le monde, la sanction imposée pour le transport de médicaments non étiquetés peut être encore plus sévère.

Vous n’êtes pas sûr des règles? Informez-vous avant de partir sur la bonne façon de voyager avec des médicaments.

 

Y a-t-il des maladies contre lesquelles les vaccins sont impuissants ou ne nous protègent pas entièrement?

Il n’y a aucun vaccin contre la malaria, et le vaccin contre la diarrhée du voyageur a une efficacité moyenne. « D’autres précautions sont donc nécessaires », précise le Dr Mark Doidge. Ces précautions consistent notamment à se laver les mains aussi souvent que possible et à avoir en tout temps sur soi du désinfectant pour les mains. Si la qualité de l’eau locale vous semble douteuse, utilisez de l’eau embouteillée pour boire et vous brosser les dents. Évitez les fruits et légumes crus, qui pourraient avoir été infectés par de l’eau ou le contact humain. Là où la malaria risque d’être présent, faites en sorte d’éviter d’être piqué par les moustiques (ex. : moustiquaire au-dessus du lit, vêtements de couleur claire et insecticide contenant du DEET). Consultez un médecin et décidez si vous souhaitez prendre un antipaludique avant, pendant et après votre voyage. Il existe en outre divers médicaments sur ordonnance et produits en vente libre qui permettent de soulager la diarrhée.

Pour pouvoir manger sans vous inquiéter, obtenez des conseils sur la façon de s’alimenter à l’étranger.

 

Quelles autres mesures préventives puis-je prendre?

Ayez avec vous une trousse de produits de santé pour le voyage. « Les fournitures de premiers soins et les médicaments ne sont pas toujours accessibles dans d’autres pays ou peuvent être différents de ceux offerts au Canada », indique le site Web d’information voyage du gouvernement du Canada. « Une trousse de produits de santé pour le voyage adéquate contient suffisamment de fournitures pour prévenir des maladies, de même que pour traiter des blessures mineures, des maladies bénignes et les affections médicales préexistantes pendant une durée plus longue que la durée prévue du voyage. »

 

Que dois-je faire si je deviens fiévreux?

Le Dr Mark Doidge signale qu’un grand éventail d’infections et de maladies liées aux voyages peuvent causer de la fièvre, y compris l’influenza (la grippe) et la malaria. Dans le cas de cette dernière, le site Web des US Centers for Disease Control (accessible en anglais seulement) indique qu’une personne ayant contracté la malaria peut commencer à se sentir mal à peine sept jours après son retour, ou seulement un an après. Si vous avez côtoyé une personne infectée pendant votre séjour ou si vous avez vous-même été atteint, vous devez en informer un agent des douanes dès votre retour. Si la maladie se déclare ultérieurement, vous devriez consulter un médecin et l’informer que vous avez séjourné à l’étranger.

 

Troisième but : choisir et fréquenter une clinique de santé-voyage

Comment doit-on choisir une clinique de santé-voyage?

Demandez à votre médecin de vous en recommander une. S’il n’est pas en mesure de le faire ou s’il refuse, entrez votre code postal dans l’outil de recherche de cliniques de santé-voyage (accessible en anglais seulement) pour trouver la clinique la plus proche. (N.B. La colonne indiquant la distance n’était pas opérationnelle au moment où nous avons testé le site.) Certaines cliniques sont spécialisées en médecine de voyage, tandis que d’autres font de la vaccination en plus de leur pratique médicale auprès des familles ou d’autres services médicaux. Il se peut que vous deviez en contacter plus d’une. Quelques cliniques bonifient leur service en offrant un site Web utile, mais il y en a peu qui divulguent leurs tarifs en ligne.

 

Les cliniques de santé-voyage sont-elles agréées?

Les cliniques qui offrent la vaccination contre la fièvre jaune doivent être habilitées à le faire. Vous pouvez trouver une liste de cliniques dûment agréées en cliquant sur le nom de votre province tout au bas de notre tableau, ou en visitant le site Web de l’Agence de la santé publique du Canada. Le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada n’impose aucune exigence en matière de formation pour la médecine de voyage. La plupart des praticiens qui gèrent des cliniques pour voyageurs sont des médecins de famille, précise le Dr Mark Doidge. Ils consultent du matériel didactique et des sources en ligne pour se tenir au courant et pouvoir informer leurs patients.

 

Existe-t-il une échelle d’évaluation des cliniques de santé-voyage?

Des patients ont déjà pris la peine d’évaluer les médecins qui gèrent des cliniques de santé-voyage (accessible en anglais seulement). Mais comme tous les commentaires anonymes qu’on trouve en ligne, ceux-ci doivent être considérés avec un œil critique. Certains patients portent plus attention à la personnalité du médecin qu’à ses compétences professionnelles. Il y en a qui se plaignent des honoraires de consultation, sans réfléchir à ce qu’il en coûte de fournir un service spécialisé de ce genre. D’autres veulent qu’on réponde rapidement à toutes leurs questions, mais oublient qu’un bon médecin pourrait vouloir prendre le temps de faire des recherches. Pourtant, des dizaines de pays et de circonstances variables sont en cause et on devrait trouver rassurant qu’un médecin veuille prendre la peine de faire des recherches avant de faire une recommandation.

 

Combien coûte une visite dans une clinique de santé-voyage?

Le régime d’assurance maladie de votre province couvrira probablement le coût de certains vaccins parmi les plus courants ou essentiels, comme ceux contre la grippe, la rougeole, les oreillons et la rubéole, la diphtérie, la coqueluche, le tétanos, ainsi que la varicelle. Certains régimes d’assurance maladie couvrent d’autres vaccins. Le Dr Mark Doidge souligne que certains employeurs offrent des « comptes gestion-santé » ou des « régimes flexibles », qui permettent d’acquitter le coût des vaccins pour voyageurs et d’autres dépenses de santé. Si vous devez assumer vous-même les coûts, le prix des divers vaccins pourrait être légèrement supérieur ou inférieur aux tarifs indiqués dans notre tableau; les honoraires varient selon la clinique de santé-voyage choisie. Il faut savoir que des frais d’ordonnance peuvent s’ajouter au prix de vente du médicament, et que le coût de l’injection n’est pas inclus. Les cliniques de santé-voyage exigent habituellement des honoraires pour la consultation initiale de même que pour les visites de suivi subséquentes.

 

Pourquoi devrais-je vérifier à l‘avance si mon assurance défraie les vaccins?

« Si vous partez pour un long voyage, vous pourriez économiser des centaines de dollars grâce à votre protection, indique le Dr Mark Doidge. Certains vaccins sont facultatifs et il serait dommage que les gens ne les reçoivent pas simplement parce qu’ils n’ont pas vérifié si leur assurance les couvre. »

Faire cette vérification à l’avance pourrait accélérer les choses à la clinique. Si vous voulez que votre assureur paie le coût des vaccins, vous devez absolument avoir en main votre carte d’assurance au moment de votre rendez-vous. Rappelez-vous que la plupart des régimes qui couvrent les frais médicaux des employés ne sont qu’administrés par un assureur. Votre employeur accepte d’assumer la totalité ou une partie des coûts parce que selon lui, l’entreprise a intérêt à maintenir ses employés et leurs familles en bonne santé toute l’année, y compris après un voyage.

 

Comment puis-je savoir si mon assurance couvre les vaccins pour les voyages?

Si vous avez un exemplaire de votre contrat d’assurance, consultez-le; sinon, appelez votre assureur pour vérifier si les vaccins sont couverts. Mais comme les heures d’ouverture des centres d’appels des sociétés d’assurance ne sont pas toujours très étendues, le Dr Mark Doidge conseille de prévoir le temps nécessaire pendant ces heures et aussi de poser des questions précises. Se servir d’Internet est une autre option : la plupart des sociétés d’assurance y offrent un portail accessible au moyen d’un mot de passe où l’on peut trouver toute l’information sur sa protection en un seul endroit. Que vous appeliez ou que vous alliez en ligne, vous devrez pouvoir fournir le numéro d’identification du médicament (DIN) des vaccins qu’on pourrait vous prescrire. Voici les DIN de certains des vaccins les plus courants et les plus coûteux :

ll vous faut le DIN d’un produit qui ne figure pas ci-dessus? Il existe une liste de DIN additionnels pour les vaccins (accessible en anglais seulement) susceptibles d’être prescrits aux voyageurs.

 

Retour au marbre : vous voilà prêt à partir

Où puis-je trouver de l’information additionnelle sur les maladies et les vaccins?

  1. Le gouvernement du Canada a publié cette brochure visant à aider les gens à préserver leur santé et leur sécurité en voyage : Un bon départ – Un guide santé à l’intention des voyageurs canadiens.
  2. L’Agence de la santé publique du Canada propose sur son site Web (voyage.gc.ca) des conseils de santé pour les voyageurs, de l’information sur les maladies et diverses affections, ainsi que des conseils sur la façon de se prémunir contre la maladie. On trouve également sur ce site les tout derniers renseignements sur la vaccination et les maladies fournis par le Comité consultatif national de l’immunisation.
  3. Le site Web des US Centers for Disease Control and Prevention (accessible en anglais seulement) propose une version électronique de l’édition 2012 de son Yellow Book (accessible en anglais seulement), dont le titre officiel est Health Information for International Travel. La version papier mise à jour pour 2014 n’a été publiée qu’en juillet 2013.
  4. On peut obtenir de l’information sur les voyages et la santé à l’étranger auprès de l’Organisation mondiale de la santé.
  5. L’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa a mis au point une application gratuite pour iPhone (accessible en anglais seulement) permettant d’enregistrer toutes les immunisations reçues dans votre famille et de recevoir une alerte quand il faut les renouveler. Une application destinée au reste du Canada est en cours de développement (accessible en anglais seulement).
  6. Pour 100 $ environ, on peut acheter la version pour lecteur Kindle de l’édition 2012 du manuel destiné aux médecins canadiens intitulé Travel Medicine: Expert Consult (accessible en anglais seulement). Un de ses auteurs est le Dr Jay Keystone, spécialiste de la lèpre et des parasites intestinaux à la faculté de médecine de l’université de Toronto. Il dirige aussi la clinique de santé-voyage Medisys de Toronto.

Ne vous faites pas retirer au bâton

Dans un célèbre poème sur le baseball de l’auteur Ernest Lawrence Thayer intitulé Casey At The Bat (accessible en anglais seulement), les derniers vers racontent que la ville hôte d’un match est bien triste car son puissant frappeur Casey, trop confiant, a été retiré sur trois prises. Évitez donc d’être mis hors-jeu en plein voyage : assurez-vous de préparer votre corps à combattre les infections avant de partir.

 

Vous préparez votre prochain voyage? Commencez à explorer vos options d’assurance voyage.

Ecrire un commentaire